Celestin Kamanou TAWAMBA

L’ascension fulgurante d’un industriel audacieux !

Célestin Kamanou Tawamba vient au monde dans la nuit du 6 avril 1966 dans une modeste habitation de Nkongsamba, ville de débrouillardise, de brassage de plusieurs communautés ethniques et de transhumance des populations située à quelques encablures de Douala, la capitale économique du Cameroun. De père infirmier et de mère secrétaire au centre de chèques postaux, la paupérisation ambiante tranche avec les ambitions et la soif de réussir du jeune Célestin Tawamba. Catholique pratiquant, il effectue pourtant ses études primaires et secondaires à l’Ecole publique départementale et Lycée Général Leclerc de Yaoundé puis au Lycée de Manengouba à Nkongsamba où il obtient un Baccalauréat « C ». Rien ne prédestine alors celui qui deviendra des décennies plus tard, un prodige de l’Entreprenariat au Cameroun au parcours exceptionnel et exemplaire qu’on lui connait aujourd’hui, si ce n’est ce rapport inné et fusionnel au travail, cette inclinaison au mérite ou à la rigueur, rare chez les hommes publics au Cameroun.
L’ambition est son énergie ; la détermination est son moteur. L’audace est sa boussole ; l’école, son crédo. Pour illustration, il enchaine en France un parcours universitaire particulièrement brillant. Il y obtient respectivement une maitrise de Gestion et Audit à l’Université de Paris-Dauphine, puis un 3ème cycle en Finance et un Exécutive MBA à HEC Paris. Ce dernier parchemin est obtenu, alors qu’il est déjà à la tête de l’empire industriel et commercial qu’on lui connait.

Ce parcours remarquable questionne ; au regard de la fulgurance, de la relative jeunesse, et du gigantisme du Groupe Cadyst-Invest qu’il a bâti et dirige depuis plus d’une décennie. Pourtant, la trajectoire, l’ambition et la passion pour le travail bien fait le justifient amplement. En effet, dès 1992, il entame une carrière à Ernest & Young comme Auditeur. Il restera 4 ans dans cette grande multinationale spécialiée dans l’Audit et le Conseil, avant de déposer ses valises en 1996 au sein du Groupe Agro-Industriel et Forestier Hazim, en qualité de Directeur Administratif et Financier.

Hazim Hazim, magnat de l’industrie forestière au Cameroun, impressionné par les résultats et le dynamisme de sa recrue, en fait un fils adoptif et le parrainera plus tard dans son ambition entrepreneuriale. Aujourd’hui, Célestin Tawamba garde une affection toute particulière pour celui qu’il nomme avec tendresse « mon père ».
Et pourtant, répondant à l’appel de ses ambitions, il finira par quitter ce « père » pour prendre son envol. Il sollicite alors des concours bancaires qui lui seront refusés, faute de garanties suffisantes. La détermination, l’obstination positive et surtout la précieuse caution de son « son père » Hazim lui permettent d’accéder à certains financements bancaires. La vision, l’ingéniosité du jeune industriel d’alors, permettent à La Pasta, sa première réalisation, de connaitre une croissance remarquée au point absorber quelques années plus tard, le géant du marché, Panzani Cameroun. Le marché camerounais étant devenu très étroit, il se lance à la conquête de l’international et investit assez vite toute la sous-région Afrique Centrale.
Vient alors l’ère de la diversification. En 2006, il crée la holding Cadyst-Invest pour abriter l’ensemble de ses investissements. Il reprend la même année les anciens laboratoires du groupe français Rhône Poulenc devenus Cinpharm pour développer une industrie pharmaceutique ultramoderne de dimension sous régionale. Dans son développement, Cinpharm rencontrera toutefois des difficultés au cours des années 2011-2013 débouchant sur une restructuration avec l’arrivée du Groupe Pharmaceutique Tunisien Teriak, qui relancera les machines.
Rien ne résiste à l’appétence entrepreneuriale de Célestin Tawamba. Dans son groupe aujourd’hui, se côtoient l’industrie alimentaire, l’industrie pharmaceutique, l’hôtellerie, la distribution des produits cosmétiques de luxe. Un groupe dont le chiffre d’affaires annuel au 31 décembre 2016, s’élève à plus de 50 milliards de FCFA pour près de 1200 employés.
A 51 ans, celui dont la vision économique a été jusqu’à lors « de permettre à chaque africain, chaque camerounais de se nourrir et se soigner à moins d’un dollar par jour » entame une nouvelle étape de son engagement syndical, au service de la représentation patronale et de la promotion du made in Cameroon. A la tête de la liste « Gicam en action », il part à la conquête du GICAM. Le moment est venu d’apporter à ce groupement patronal historique la vision partagée par la liste qu’il conduit.
Célestin Tawamba est convaincu que Le GICAM doit être un instrument efficace de services aux adhérents et de développement des entreprises et de l’économie Camerounaise.
Son expérience parle pour lui et sera un atout certain dans ses nouvelles fonctions si les adhérents plébiscitent son programme et sa liste. Membre du Conseil Exécutif du GICAM et membre du GICAM durant près de 15 ans, il est par ailleurs Président du Groupement de l’industrie meunière du Cameroun (GIMC) et Vice – Président Afrique centrale de l’Association Industrielle Africaine (AIA). Il a par le passé occupé les fonctions de Président du Groupement des forestiers du Cameroun (GFC) et de Vice-Président de E-CAM.